Lancement du Réseau des investisseurs africains pour le climat

La Banque Africaine de développement estime les coûts annuels de l’adaptation aux changements climatiques en Afrique à 20/30 milliards de dollars au cours des 10 à 20 prochaines années. Alors que l’Afrique capte aujourd’hui à peine 5% des financements internationaux dédiés au climat, face à ces défis, le continent doit organiser sa riposte et relever le défi de la mobilisation des financements, colossaux. L’idée largement partagé aujourd’hui est que les financements internationaux promis ou déjà en place ne seront pas suffisants pour permettre aux pays du continent de financer leur transition énergétique et écologique.

L’Afrique doit d’abord et avant tout compter sur propres ressources et la mobilisation de l’épargne domestique est à cet égard une des clés pour générer une bonne partie des financements requis. L’implication du secteur privé dans le financement de la lutte contre les changements climatiques est la deuxième piste de solution que les pays africains se doivent de promouvoir pour mobiliser davantage de financements. Enfin, la captation d’une partie des flux financiers internationaux notamment multilatéraux et bilatéraux, est une piste de solution non négligeable même si l’Afrique aujourd’hui n’en capte qu’une infime partie.

Donner corps, en Afrique, au contenu de l’accord de Paris qui veut que les flux de financement soient alignés sur les besoins générés par les efforts d’adaptation aux changements climatiques, telle est la mission du Réseau des investisseurs Africains pour le climat initié par la Caisse de Dépôt et de Gestion du Maroc (CDG). Le Réseau est également le fruit de l’engagement de Cinq Caisses de Dépôt africaines (Gabon, Mauritanie, Maroc, Sénégal et Tunisie), du fonds d’infrastructures adossé à la Banque Africaine de Développement, Africa50, du Fonds de pension public nigérian (PENCOM), et de deux institutions françaises, la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC) et l’Agence Française de Développement (AFD).

La gouvernance du Réseau sera structurée autour de l’Assemblée Générale, du Conseil d’Administration et du Bureau Exécutif. Les membres ont désigné en mai 2017 M. Abdellatif ZAGHNOUN, Directeur Général de la CDG, Président pour l’année 2017 et M. Lionel ZINSOU, président d’AfricaFrance, Président Délégué.

La feuille de route adoptée met l’accent sur trois axes stratégiques majeurs : la puissance de représentation et d’influence à l’instar de coalitions internationales, le renforcement des capacités des membres dans le but de généraliser leur adhésion aux principes de la finance responsable et de la finance verte et la mutualisation de l’accès à un portefeuille de projets verts pour ceux des membres qui le souhaitent via un club d’investisseurs.

Trois actions emblématiques visant l’extension du Réseau et son rayonnement, le renforcement des capacités et l’identification d’opportunités d’investissement, seront déployées durant le second semestre 2017. Informations complémentaires

Nada Bouhemou, CDG, bouhemou@cdgdev.ma -

source de l'article